Accueil Article Le talent : acquis, inné… ou autre ?

Le talent : acquis, inné… ou autre ?

0
0
31

Dollarphotoclub_91387978J’ai eu une discussion avec mon père sur « naît-on tous avec un talent (à découvrir et développer), ou y a-t-il des personnes qui naissent sans ? » Genre, rien ! Ni sportif, ni artistique, ni physique, ni culinaire… voyons très large dans le terme « talent ». Bref, rien ! Personnellement, je ne pouvais pas y croire et étais plutôt partisan de la première partie du questionnement.

On a tous une fibre créative ! Mais le milieu familiale, géographique, socio-professionnel de la famille etc… permet ou non de s’en rendre comtpe et de pouvoir le développer.

talent-1

Je n’ai pas envie de parler de qualité, ni de réussite professionnelle. Entre le potentiel de base, le temps consacré au développement, les goûts de chacun… L’important n’est pas dans le succès « commercial » de ce talent mais simplement dans l’épanouissement personnel. Quand je vois aujourd’hui le nombre incroyable de livres qui sortent, même sur des plateformes comme LULU.com (donc auto-édition), l’explosion des métrages de toute taille, du nombre de gens qui font des loisirs artistiques, sportifs ou autre. Et ben quelque part, j’ai espoir. Un personne qui donne du temps à son « art » ne peut pas être foncièrement mauvaise. Même si cet art semble être de la merde pour le plus grand nombre, ça reste une personne qui a pris le temps de « faire quelque chose ».

J’anime pas mal de cours de théâtre et de scénario. Chaque début d’année, je vois débarquer des gens, adultes pour la plupart qui viennent juste pour se challenger ou assouvir une envie de toujours : tâter de la scène. Et quand je vois ces hommes et ces femmes, qui bossent, ont un boulot, parfois des gosses, donc des vies bien remplies, et qui chaque semaine prennent encore du temps sur leur vie pour « s’améliorer », je suis sur le cul. Vraiment. Ca veut dire que la majorité d’entre eux qui râleraient pour sortir la poubelle, se bougent un lundi à 19h toute l’année (même de novembre à février, bonne période de merde s’il en est), pour se mettre à nu devant des (au début) inconnus et remettre leur confiance à un gars (moi) qu’ils ne connaissent pas du tout.

miniature-talent-et-performance-au-travail

Et pour en revenir aux livres, sujet qui me touche de près, il y a évidemment à boire et à manger (et à lire), mais ça reste des heures passer devant son écran pour rédiger. De la réflexion, du doute, de l’espoir, et surtout, de l’expérience pour faire mieux les prochaiens fois. Car on commence souvent par du médiocre, et c’est en faisant qu’on s’améliore. Et pour ceux qui participent à mes ateliers, ça signifie faire lire à un groupe de personnes, écouter les remarques (sur un mode bienveillant mais quand même…), accepter la critique (on en a parlé dans le post précédent), et partir pour des heures de correction/réflexion/doute/réécriture…

Putain, si tout ça, ce n’est pas de l’abnégation !

Et par rapport à la question initale de ce post, la question de « talent » devient secondaire. Ils font. Ils essayent. Il se mettent en danger. Ils prennent le risque. Ils se donnent les moyens. Et, ils s’améliorent 99% du temps. Et le tout en équipe. La création n’est pas une question de talent, mais de travail.

Je vous laisse avec ça :

Image de prévisualisation YouTube
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Bibliophage
Charger d'autres écrits dans Article

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Et si ma fille dénigre les « trucs » de mon enfance ?

Je fais quoi moi si ça arrive hein ? Parce que tous ces épisodes de Dragon Ball que je gar…